Du Bon Manger – Macaroni au fromage à saveur de Goldfish!

Saluuuuuuuut!

Comment ça va?

Aujourd’hui, j’aimerais te parler d’une mega-trouvaille que j’ai faite lors de ma dernière aventure Plattsburghienne!

C’est en arpentant l’allée, car au Walmart de Plattsburgh, il y a bel et bien une allée complète réservée aux « mac and cheese », que ce produit m’a sauté dans l’oeil tel un poisson sautant hors de l’eau.

Woaaaaaah!

Woaaaaaah!

Eeeeeeeet que c’est rendu big les Goldfish!

Non seulement ils en ont de touuuuutes les saveurs possibles et imaginables, mais ils se lancent dans les produits dérivés.

C’est à se demander quand ils auront leur propre dessin animé à la tivi!

(On peut deviner que ce sera « dull » en ta, si on se fie à la bande dessinée derrière le paquet).

Fouaaaaaan, fouaaaaan, fouaaaaaaan... Digne de Brassard en direct!

Fouaaaaaan, fouaaaaan, fouaaaaaaan…  À la zzzzzzemaine Prochaine!

La méthode de préparation est exactement la même que celle d’un Kraft Dinner régulier!

Vous savez, la laboooooorieuse préparation :

-Faire bouillir de l’eau!

-Soupirer parce que c’est PHOQUING LONG avant que l’eau bouille!

-Avoir le temps de pogner la chronique de Patrick Lagacé à la radio…

-L’entendre dire « selon mon humble avis »!

-Rêver d’être en sa présence, de le stopper dans sa chronique et lui demander « Selon ton HUMBLE avis, Patrick? Humble? Vraiment? Humble? T’es sérieux là? Humble? HAHAHAHAHAHAHAHAHAHA! Humble… EST BONNE!!!! (Ne jamais se faire inviter à deux hommes en Or, pour leur fin de show réservée à antagoniser du monde qui ont des intérêts « paticuliers »… Check! »).

-Mettre les pâtes dans l’eau bouillante.

-Re-soupirer parce que c’est tout autant PHOQUING LONG avant que les pâtes soient prêtes.

-Égoutter les pâtes!

-Réaliser que les pâtes son cuuuuuuuute!

Cuuuuuuuuuute!

Cuuuuuuuuuute!

-Mélanger les pâtes cuuuute avec la pourdre jaune-orange, du beurre et du lait !

-Brasser!

-Avoir le temps de penser au dernier épisode de The Walking Dead et se dire que c’est rendu phoquing plate c’te show-là… (Mais la BD est toujours aussi bonne, si le coeur vous en dit!)

-Brasser!

-Re-re-soupirer et rêver d’un Kraft Dinner qui ne demanderait pas autant de précieux temps (et d’efforts) à préparer!

-Brasser!

-Servir dans un bol!

-Manger!

Du Bon Manger - Goldfish Mac and cheese 4

 

Pis?

C’est pas vraiment bon, je vais être honnête avec vous!

C’est très fidèle au goût initial des Goldfish et c’est là que le problème réside!

Ça goûte un peu comme si on avait fait tremper des Cheetos dans du lait et qu’on avait fait chauffer le tout par la suite…

Je ne crois pas, à mon humble avis (HA!), que le transfert du mini-craquelin au repas est réussi!

Point intéressant : vu que ce n’est pas vraiment mangeable, ça donne tendance à jouer avec ta nourriture. Et le résultat est cuuuuuuuuute… Tu fais nager les ‘tits pouéssons!

C’est très Zen comme expérience… Un peu comme un « Koi Pond » fromagé!

Voilà!

À bientôt!

________________________________________

Martin «Rooster» Roussy

Courriel : martinroussy@hotmail.ca (écrivez-moi donc vos suggestions!)

Facebook : La page OFFICIELLE de ce blogue (un p’tit « j’aime » pour mononcle? Enwèèèèèèye!)

Vous pouvez aussi m’ajouter PERSONNELLEMENT (oui oui!) : http://www.facebook.com/dubonmanger (ajoutez-moi donc!)

Twitter : @martin_rooster (suivez-moi donc! Je follow back en t@b@rn@k!)

Du Bon Manger – Collaboration spéciale!!!

Salut, salut, salut, saaaaaaaluuuuuuuuuut!

Une première à Du Bon Manger aujourd’hui : Un collaborateur!

Et pas n’importe quel collaborateur, mon ami Charles-Édouard Carrier.

Charles, alias Pépine, est un de mes partners de Bon Manger les plus enthousiastes. J’ai mangé en sa compagnie au trèèèèèèès louche restaurant brochette.ca et on a goûté ensemble les plaisirs de la table d’Atlantic City (sans parler des plaisirs du gorgoton).

Il est allé pour nous / vous au Snack Bar Saint-Jean… voici son compte-rendu :

Quand j’ai vu sur le très appréciable site Du Bon Manger, que mon ami Rooster présentait une photo (ici) illustrant le 522-GRAS, je n’avais aucune idée que la journée même, ma blonde et moi, on y dégusterait un bijou de croquette. Et quand je dis « bijou », croyez-moi, je ne parle pas d’une breloque à deux piasses, mais bien d’une sacrée grosse garnotte de doigt, le pendentif Titanic de la bouffe, le bracelet d’apparat d’un prince d’Arabie, j’ai nommé : la croquette de Kraft Dinner. Croyez-moi, quand je parle de bijou, je parle de bijou.

 
Mais assez de joaillerie, parlons gras.
 
Le 522-GRAS est sur la rue Saint-Jean, dans le Vieux-Québec du tourisme. Celui même où queue de castor rime avec 14$ et plaques d’immatriculation Je me Souviens récupérées à la cours à scrap de Pintendre, à peu près le même montant.
 
Un souvenir, ça n’a pas de prix.
 
Alors que je croyais me faire carrément arnaquer dans ce haut lieu, secteur prisé de gogosses cheap pour Français de France, je me retrouve devant un cadeau du ciel de croquette au Kraft Dinner à même pas six piasses pour 5.
 
Servi en moins de deux, on se tire une buche et on déguste ce met présenté dans un casseau à frite de roulote à patate (le même casseau que certains utilisent pour les hotdogs steamés) avec comme trame de fond, la page 6 du cahier Immo du Journal de Québec. Rien de mieux que magasiner un chalet au pied des pistes à Stoneham en se graissant le corps.
Au toucher, la panure est généreuse et robuste à souhait. Une légère pression suffit pour séparer la croquette en deux et bien visualiser son intérieur.
 
 
 
 
 
Dès l’ouverture, on remarque immédiatement la nouille en forme de tuyau de poêle, unique à Kraft. Sauce abondante, bonne densité de pâtes et cuisson parfaite. Pas de doute, on a affaire à des professionnels.
 
On porte à la bouche et déguste.
 
Vous savez quoi?
 
Ça goute le Kraft Dinner de l’enfance. Oui oui. Celui-là. Pas celui du cégep qui goûte le pauvre, pas celui des grandes occasions qui goûte la saucisse, pas celui des marques sans noms qui goûte rien. Ça goûte le Kraft Dinner comme dans mes plus tendres souvenirs d’enfant, celui des genoux de ma mère, l’original, le vrai de vrai Kraft Dinner.
 
Un voyage dans le passé qui fait du bien, croquette après croquette, que l’on savoure les yeux fermés.
 
Mais attention : qui dit « Manger les yeux fermés » ne dit pas « Garoche don’ deux- trois frites dans mon casseau pour que j’l’ai mange sans m’en rendre compte ». Oh viarge que non.
 
 
Mon verdict : 522-GRAS sait comment me faire vivre de beaux moments.
Mon conseil : quand t’as pas deux paniers de panure, c’est important d’enlever toutes les vieilles frites avant de faire frire tes nuggets.
________________________________________________________________________
Merci Charles! Maintenant je dois absolument aller à Québec…
Pour voir les différents projets de mon ami Pépine vous pouvez visiter son site web: icitte
Et si vous aussi voulez partager vos aventures gustatives, vous pouvez toujours me les soumettre!
À très bientôt!

__________________________________________

Martin « Rooster » Roussy

courriel : martinroussy@hotmail.ca (écrivez-moi donc vos suggestions!)

facebook : http://www.facebook.com/dubonmanger (ajoutez-moi donc!)

twitter : @martin_rooster (suivez-moi donc! Je follow back en t@b@rn@k!)